Bride digito-palmaire empêchant l'annulaire de s'étendre
Bride digito-palmaire empêchant l'annulaire de s'étendre

MALADIE DE DUPUYTREN                             

 

DEFINITION

 

La maladie de Dupuytren se manifeste par un épaississement fibreux de l’aponévrose palmaire superficielle, structure se trouvant sous la peau de la paume de la main et des doigts. Cet épaississement forme des boules dans la paume de la main (les nodules palmaires) puis des cordes allant jusqu’aux doigts (les brides digito-palmaires) provoquant une rétraction progressive des doigts qui va finir par les empêcher de s’ouvrir. La fermeture des doigts, quant à elle, ne sera pas affectée.

 

Que-ce qu’on sait sur cette maladie?

 

De cause inconnue, la maladie de Dupuytren touche préférentiellement les hommes (80% des cas) autour de la cinquantaine, elle est bilatérale (70% des cas) et souvent associée au diabète, à l’épilepsie, la prise d’alcool et le tabagisme. Le traumatisme semble être un facteur déclenchant et des facteurs génétiques doivent exister étant donné la présence de cas familiaux. Plus cette maladie apparaît tôt, plus elle est sévère et plus la récidive est importante. Elle peut toucher un ou plusieurs doigts. On lui connaît d’autres localisations que la main, comme la plante du pied (maladie de Ledderhose) et la verge (maldie de Lapeyronie).

 

DIAGNOSTIC

 

Il est exclusivement clinique et aucun examen n’est à réaliser.

 

TRAITEMENT

 

Le traitement ne doit être envisagé qu’en présence de déficit dans l’extension des doigts. Ce traitement n’agit pas sur la maladie elle même mais permet une amélioration de la fonction de la main; il ne faut pas attendre que la rétraction des tissus mous se transforment en raideur articulaire définitive. Les résultats sont meilleurs et le risque de récidive est moindre en cas de prise en charge précoce.

 

Jusqu’en 2011, le seul traitement possible et efficace était chirurgical ; il consiste à réséquer les brides ou la fibrose malade (Aponévrectomie) pour restaurer une extension complète des doigts touchés. Après l’intervention qui se déroule en hôpital de jour sous anesthésie loco-régionale, une orthèse statique nocturne ou une orthèse dynamique journalière est mise en place afin d’éviter les rétractions cicatricielles tout en permettant au doigt une mobilité libre. Une rééducation est souhaitée et parfois nécessaire.

 

Tout récemment, des injections de « collagenase clostridium histolyticum », connu sous le nom de Xiapex, sont disponibles en Belgique et semblent, dans des cas bien précis, donner satisfaction. Ces injections doivent être réalisées en milieu hospitalier.

 

COMPLICATIONS

 

Médicales : œdèmes, hématomes et ruptures tendineuses.

Chirugicales : dépendent de la sévérité de la maladie.

  • ·      Infection et hématome post opératoire voire nécrose des lambeaux cutanés.
  • ·      Lésions du paquet vasculo-nerveux en nette diminution depuis l’utilisation des loupes grossissantes.
  • ·      Algodystrophie 

 

www.orthohand.be